Alter-Ego


 

Partagez | 
 

 Evils Make Great Friends ▲ Oliver & Alistair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
Alistair J. Abraham
« je cherche encore »
Messages : 19
Date d'inscription : 03/10/2014
Points : 30
Ft. : Benedict Cumberbatch
Âge : 27 ans
Localisation : Nord
Disponibilité : 5j/7j

MessageSujet: Evils Make Great Friends ▲ Oliver & Alistair   Sam 4 Oct - 15:29




Evils Make Great Friends


Je m'exilais dans un autre coin du pays pour quelques temps, a bord d'un pick-up acheté pour deux sous, la puissance de l'engin n'était pas formidable mais c'était toujours ça pour rejoindre la frontière de la ville de Duluth, dans le coin est du Minnesota. Je ne partais pas pour toujours, mais pour un petit moment, j'avais besoin de partir, voir d'autres gens, quitter le motel, vivre une autre vie. Et je n'étais pas le seul dans ce cas là, nombreux étaient les gens qui partaient vers des coins plus idylliques... Quoi qu'il en soit, j'arrivais bientôt sur la frontière, et j'entrais sans grande difficulté, je restais ébahi devant le paysage qui s'offrait à moi, je m'arrêtais quelques secondes sur le bord de la route. Il y avait un grand lac, et à l'horizon une chaîne de montagne à perte de vue, la verdure était omniprésente, rassurante, quoiqu'un peu suffocante tant elle était dense. Je repartais vers la ville, un panneau usé et sale indiquait « Duluth » en grandes lettres brunes, je garais le pick-up sur une place de parking.

« Bonjour... Je viens de faire un long voyage, est-ce qu'il vous reste des chambres ici ? », demandais-je en patientant devant le comptoir, la vieille femme me regardait étrangement, elle se tourna vers un registre, marmonnant des choses, je crus comprendre « étranger... », mais je n'étais pas sûr. Quoi qu'il en soit, je repartais vers le chalet, les clés de la chambre en main. Ce n'était pas du grand standing, mais je commençais à en avoir l'habitude, au moins, la vue était imprenable... Après avoir posé mes sacs, je décidais d'aller faire un tour en ville. Dans une épicerie du coin, j'achetais divers produits d'hygiènes et autres articles, au moment de payer, un bruit assourdissant se fit entendre, puis un cri, je me précipitais sur le trottoir.

Arrêtez ! Mais qu'est-ce que vous faites ! Criais-je à l'encontre du groupe responsable de cette cohue.

T'es qui toi ? Encore un étranger ! Vous venez faire quoi dans notre ville ? hurla l'homme en face de moi.

C'est vrai ça ! Y a pas marqué ville d'accueil des immigrés ici ! Ajouta une vieille femme.

Répète un peu ça la vieille ! Brailla un mec à l'accent fortement étranger.  Cette ville est ouverte à tout le monde, on s'en fiche de votre avis !

Ah oui ? Et ça, tu t'en fiche ?

Les choses dérapèrent largement, un homme chargea dans la direction de l'étranger, enfonçant son point dans son visage, d'autres étaient en train de suivre leur exemple, se jetant l'un sur l'autre, je ne savais pas quoi faire, comment arrêter ça tout seul, je n'étais pas un super héros et je n'avais pas une force surhumaine ! Je vis au loin un homme s'en prendre à une femme, l'a jetant violemment à terre, un enfant à la peau mâte était en train de pleurer derrière, mon sang ne fit qu'un tour.

Eh toi ! Hurlais-je, viens t'en prendre à quelqu'un de ta taille !

Je lui sautais dessus, et j'abattais mon poing sur sa tempe, il était sonné. L'adrénaline faisait des choses fabuleuses, la jeune femme était à terre, son coude était positionné en un angle bizarre et pas naturel du tout, je posais mes mains dessus, me concentrant sur sa blessure, son bras était guéri. Un chaos total régnait dans la ruelle, je cherchais de l'aide, scrutant les bracelets des gens. Mon regard se porta sur un bracelet qui m'était familier, d'une forte couleur violine, porté par une jeune femme qui avait l'air tout bonnement perdue dans ce brouhaha.

Eh ! Bracelet violet ! Criais-je à son encontre. Viens m'aider !

Code RomieFeather




. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Please my love, stay with me
untill the end.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
G. Oliver Clinngress
« je cherche encore »
Messages : 69
Date d'inscription : 02/09/2014
Points : 120
Ft. : Amber Heard
Localisation : IN THE SOUTH.
Disponibilité : FREE WAY

MessageSujet: Re: Evils Make Great Friends ▲ Oliver & Alistair   Dim 5 Oct - 18:48


Evils Make Great Friends ▲

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Alistair & Oliver

« Pour rejoindre le Nord, rien de plus simple que de passer par L'est ! » Cette phrase tournait inlassablement dans la tête d'Oliver. Elle avait décidé de chercher sa mère, toute seule. Quitter Isaac de cette manière ne lui avait pas forcément plu. Mais, elle ne pouvait faire autrement, hors de question de l'embarquer avec elle. Puis, elle ne s'absenterait pas longtemps, juste le temps de retrouver sa mère et de la ramener avec elle dans le Sud. Elle restait sans nouvelle d'elle depuis le début des émeutes, mais, quelque chose lui criait au fond d'elle qu'elle était toujours bel et bien en vie.

La ville de Duluth était réputée pour son port, et ses nombreux problèmes suite aux révolutions qu'a subi le pays. La demoiselle pensait fermement que la situation ne pouvait pas être pire qu'à Minneapolis. Elle avait quitté difficilement la ville avec un sac à dos. L'accès à la ville de Duluth fut simple et rapide, une libre circulation des personnes avait été conservée. C'était déjà un grand soulagement pour la jeune femme qui continuait d'avancer dans cet endroit complètement inconnu.

Puis elle avançait, plus elle sentait que l'atmosphère se chargeait de tension de part et d'autre d'elle. Les voix s'échauffaient dangereusement. Elle baissa la manche de son pull pour dissimuler la couleur de son joyau. Les gens prenaient les personnes aux flammes violettes pour des saints, des sauveurs de l'humanité. Pour elle c'était juste des emmerdes supplémentaires. Tous ces miséricordieux, venu chercher guérison dans ses mains, à demander la charité, la santé, la vie. Ça la dégoûtait, ça la dégoûtait parce que son don n'était même pas capable de sauver les personnes qu'elle aimait, alors, pourquoi sauver les autres dans ce cas ?

Les esprits s'échauffèrent, les voix se chargèrent de haine. Des hurlements s'échangeaient horriblement. Il était question d'étranger, les gens avaient perdu tout le sens d'hospitalité avec ces bracelets à la con. Elle gardait sa main crispée sur la manche de son pull, autour de son joyau enflammé. Oliver n'était pas à sa place, elle aussi était une « étrangère » il fallait qu'elle déguerpisse au plus vite avant que le premier coup ne soit porté.

Trop tard, le poing d'un type s'écrasa contre le visage d'un autre. Horrifiée, elle regardait la scène se dégrader complètement sous ses yeux. La haine est une chose terrible, très communicante. Elle se rependit rapidement dans le cœur de chacun, encore une émeute, merde. Les images faisaient échos à celles de la mort de Peter, les mêmes faciès déformés, le même sang giclant au sol. Le cœur de la jeune femme s'emballa rapidement, elle était incapable de bouger, l'air avait du mal à arriver jusqu'à ses poumons. Elle devait avoir l'air complètement perdue au milieu de tout ça, à tel point que les gens semblaient l'éviter soigneusement.

Elle lâcha sa manche pour se frotter le visage les jambes tremblantes. Comment pouvait-elle rejoindre le Nord si à chacun de ses passages la situation dégénérait à chaque fois ? Des larmes de peur perlèrent à ses yeux, elle ne pouvait pas y aller, non elle ne pouvait pas.

« Hé Bracelet violet, viens m’aider » Elle tourna la tête lentement vers l’homme qui venait de l’interpeller. Son expression paniquée devait déformer tous les traits de son visage. Elle resta bloquée sur le visage de cet homme aux yeux bleus transcendants,  l’espoir vint qu’il ne s’adressait pas à elle. Sauf, qu’il gardait son regard de fer braqué sur ses yeux. Elle inspira un grand coup, laissant son regard se balader sur l’enfant braillant non lui de lui et sur la jeune femme blessée au sol.

Un nouveau relan de dégoût la submergea. Elle secoua lentement et négativement la tête en ayant reposé ses yeux sur l’étranger plus tôt incriminé.

- Non.  Le son ne pouvait pas arriver jusqu’à lui, mais sur ses lèvres il avait forcément pu déchiffrer la syllabe qu’elle venait de lâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Evils Make Great Friends ▲ Oliver & Alistair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kaleb ∞ I'll make few friends but great relationship
» Men ki jan 2 kou deta fini ak Haiti/GREAT LEADERS OF THE CENTURY: ARISTIDE, MAN
» Friends, we need your feedback
» Great American Bash (RAW) - 20 juillet 2008 (Résultats)
» Alistair Souleater

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alter-Ego :: Au coeur de l'action :: ✗ Est du Minnesota :: ✗ Duluth :: ✗ Le Time and Space-